mars 26, 2015 Djeffa TISSERAND

#EnfanceEnDanger

C’est un enfant. Il a peur d’aller chez son père. Il se tait et ne dit pas pourquoi. Puis un jour, il craque. « Papa me touche. » « Papa me fait mal ».

La mère reste stupéfaite. Le faisait-il déjà durant la vie de couple ? L’enfant dit-il la vérité ? Bien sûr qu’il dit la vérité ! Sinon pourquoi ces crises d’angoisse, ces fugues et ces changements de comportements. Et puis c’est son enfant : elle le croit.

Réagir. Vite !!!

La première réaction, et on la comprend aisément est de ne pas présenter l’enfant lors du prochain changement de garde. Pourtant, ça n’est pas la meilleure car cela pourrait se retourner contre la mère et l’enfant. Et puis personne n’aime recevoir d’appel de la gendarmerie, quelle que soit la raison.

Ha ! La gendarmerie !! Oui ! Un dépôt de plainte ! Ils sont équipés pour entendre les plaintes des enfants, surtout dans ce genre de cas. Oui ! La Gendarmerie nationale. Ils vont mettre la machine en branle, des examens seront faits. L’enfant va rencontrer un pédopsychiatre, médecin légal. Tout sera bien fait. Oui, la Gendarmerie nationale fait un vrai bon travail. Merci !

Et puis un jour, on retourne devant le Juge aux Affaires Familiales, le JAF. Le juge unique entre les mains de qui repose toute une vie.

J’avais cru avoir déjà lu les pires absurdités dans les jugements rendus par les JAF.

Comme une garde alternée pour un bébé de 7 mois, encore allaité au sein …. Bien sûr, Papa lui donnera le sien, évidemment.

J’ai lu aussi que le père vivant à Paris (NDLR : avec 400€ quand toutes les charges dont la pension demandée sont passées) et la mère percevant la CAF, il ne pouvait pas statuer en faveur de la demanderesse. Bon … allez … de bonne grâce, on a obtenu 40€ supplémentaires … pour deux enfants …

Mais là !!! (et je me force à garder mon calme) Mais là !!! Un cas d’inceste ! De viol sur mineur !!! Avéré par l’enquête de gendarmerie et l’expertise pédopsychiatrique ! Là, avant même que l’affaire soit jugée au pénal ! LÀ ! Bordel de char à couilles (oui fallait que ça sorte!). Un « juge » a ainsi statué :

« Il y a lieu de souligner qu’une agression sexuelle commise par une personne maghrébine sur son enfant est un pur cas d’école, tant la culture maghrébine jette l’opprobre sur un tel comportement qui mettrait le coupable au ban de la société »

Il y a lieu de souligner que les juges uniques pratiquent le cliché, parfois raciste.

Il y a lieu de souligner que les juges uniques jugent par dessus la robe.

Il y a lieu de souligner que les juges uniques ne sont pas formés (celui de la CAF, plus très jeune, était encore Juge des Libertés, une semaine avant … donc oui, effectivement, la CAF, quand tu sors de taule, c’est le pactole, mais quand tu as deux gosses à nourrir, comment dire?)

Il y lieu de souligner que les juges uniques rendent une justice inique.

Il y a lieu de souligner que ceux en charge de préserver nos libertés mettent les justiciables dans des situations dangereuses, encore plus les enfants.

Il est temps de réformer la justice aux affaires familiales !

Il est temps de se rendre compte, qu’en cas de violence dans le cadre de la famille (au sens large, hein, ne soyons pas aussi sectaire que le juge …) la pluralité de juridictions (juge d’instruction, juge des libertés, assises parfois, JAF) est en soi une violence institutionnelle majeure. Une pure perte de temps en procédure tandis que des femmes souffrent et des enfants sont en danger.

Il est temps de se rendre compte que la toute puissance du juge unique place les familles dans des situations mortifères à mille lieux du sacro saint intérêt de l’enfant que ces personnes portent aux nues, en l’écrasant sous le marteau de la justice.

En tant que femme, en tant que mère, en tant que juriste, je suis révoltée par cette énième sentence.

C’est une violence supplémentaire envers un enfant. Un être sans défense qui a fait confiance à des adultes en charge d’un pouvoir, non pour l’aider mais le sauver.

C’est une violence envers la mère car, en vertu du jugement, elle a l’obligation de remettre son petit au bourreau.

C’est une violence envers l’Institution de la Justice : on ne juge pas sur la base de clichés. De nombreux jugements ne sont pas fondés en droit. Et des juges agissent en toute impunité, car ils savent pertinemment que les mères, déjà en situation précaire, ne feront pas appel. Elles ne feront pas appel, car leurs avocats supportent mal l’aide juridictionnelle … une affaire mais pas deux. Et je les comprends.

Mais, je m’interroge. Vue que la « culture maghrébine jette l’opprobre » toussa toussa, peut-être faudrait-il que le Juge du Maghreb (quoi ?! Ça n’existe pas???) se saisisse de l’affaire, non ? Peut être faudrait-il que la communauté maghrébine se charge du « cas d’école » ? Peut-être que la communauté maghrébine devrait faire justice elle-même ?

Est-ce la portée de cette décision ? Communautarisme et racisme ? Et sinon, tant qu’à être dans les clichés puants, la punition sera la lapidation, la main tranchée ? Quoi ?

QUOI? SUR LE TERRITOIRE DE LA RÉPUBLIQUE !  UN JUGE RENVOIE UNE AFFAIRE À UNE COMMUNAUTÉ ?

Je pourrais en écrire des kilomètres tant mon indignation est grande.
Nous comptons sur vous. Nous comptons sur votre indignation citoyenne. On ne doit pas laisser des juges régner en maîtres, au mépris du Droit, au mépris de la République. On ne doit pas laisser nos tribunaux aux mains de racistes ségrégationnistes. On ne doit pas laisser nos tribunaux se laisser influencer par des groupuscules politiques ou privés qui conchient la loi en incitant à l’insolvabilité.
Quand un juge siégeant seul, juge ainsi en son âme et conscience et en traitant la mère de folle (sans lui proposer de soin et en lui conservant la garde de l’enfant, paradoxalement …), il n’applique pas le droit.

Et pendant ce temps, un enfant vit dans l’angoisse.

Pendant ce temps, un enfant est en danger.

Tags: , , , , , , , , ,

About the Author

Djeffa TISSERAND Juriste depuis 2003, je propose une approche holistique de la Justice. Je vous accompagne dans un apprentissage de vos valeurs, pour les affirmer et tisser des relations justes, dans tous les domaines de votre vie

Comments (8)

  1. Mais quelle violence pour cet enfant, quelle parodie de justice…
    C’est effroyable ce que tu décris là.
    Comment ce môme (et tous les autres dans son cas) pourra se reconstruire, pourra faire à nouveau confiance ?
    Il va falloir en déployer des trésors d’amour et de patience pour ce petit gars…
    Décidément, notre justice est toujours brinquebalante et convalescente, c’en est presque désespérant.
    Que faut-il faire ?
    Quel sont les moyens d’actions que nous avons nous, citoyens lambdas ? Comment interpeller de manière forte nos élus ?

    • Que faire ?
      Voter
      Interpeller les élus
      Se fédérer en association
      Ne pas subir le droit mais en être acteur (pas besoin d’avoir fait des études pour s’investir dans la cité)
      Dénoncer
      Témoigner
      Créer…

  2. La justice Française est gravement malade…
    Combien d’enfants, de femmes et d’hommes aussi même si ils sont plus rares maltraités passent dans la trappe de la justice, les répercussions à court et long terme sur les victimes, les familles..Car effectivement certains juges ne réfléchissent plus, et traitent les dossiers comme un numéro de plus à règler vite pour passer au suivant..
    Révoltant…
    Il faut souligner qu’il y a aussi des personnes extraordinaires, qui aident, soutiennent ces personnes, y compris certains juges qui pratiquent leur métier avec passion, et la droiture et l’humanité qu’il comprend, ils ne sont pas des caisses mais ils existent.
    Un très triste et bel article Djeffa

    • Merci Marine
      Oui, il y a de bons juges qui se foutent des quotas (oui … des quotas … ), qui n’incitent pas les avocats à déposer un dossier au lieu de plaider …

  3. unbebetouteseule

    perso a la place de la maman je porterais plainte contre le juge pour mise en danger de la vie d’un enfant et non assistance a personne en danger!! (et accesoirement je trouverais un avocat femme et maman pour me representer) (ce que j’ai fait d’ailleur pour ma separation d’avec mon ex)

  4. cindy

    je vis malheureusement la meme chose et pourtant ni lui ni moi ne sommes maghrébin.
    je cherche justement de l’aide, a aider aussi a creer peut etre une association ou a rejoindre une qui existe?
    je vais finir pour ma part par etre condamnée pour non présentation ou par manque d’argent de ne plus pouvoir me défendre,… et pourtant mes enfants sont aussi en danger!!!

    • Envoyez moi quelques explications via le formulaire de contact. Mettez votre mail en sognature. Si je peux vous aider, je vous proposerai un arrangement, sinon je verrai vers qui vous orienter en fonction des pièces du dossier. Ne restez pas seule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *